16
20
04
18
15

Le harcèlement des mauvaises nouvelles

Le harcèlement des mauvaises nouvelles

Je fais partie, plus ou moins volontairement, de listes de diffusion de mails et je reçois, sans l’avoir demandé, de nombreux messages chaque jour.
Lorsque j’ouvre mon ordinateur je dois lire tout ce que mes amis écologistes m’envoient et je constate que cela me casse le moral dès le lever du jour !
Et oui mes amis écologistes se donnent beaucoup de mal pour me transmettre toutes les mauvaises nouvelles qu’ils ont appris : un article d’un journaliste pro OGM, une brochure des éleveurs contre le loup, une enquête du Chasseur français contre les subventions aux associations de protection de la nature etc. J’en passe et des pires !
Alors, chers amis, je vous demande de faire attention à ce que vous diffusez gratuitement sur le net pour les raisons suivantes :
-Je comprends bien le sens de votre démarche destinée à me montrer combien le monde contient d’imbéciles, de menteurs et de pollueurs. Sachez que j’en suis parfaitement convaincu et je préfèrerai que vous me harceliez avec de bonnes nouvelles, de bons exemples à suivre, des initiatives géniales pour sauver la planète. Histoire de démarrer ma journée avec optimisme et bonne humeur.
-Je vous fais remarquer que vous diffusez gratuitement les informations et les bêtises de nos adversaires aux personnes qu’ils souhaitent précisément toucher. C’est parfait pour les aider à amplifier leurs mensonges et conneries.
-Si vraiment vous ne pouvez pas vous empêcher de nous démontrer combien est immense la connerie humaine, faites le avec l’envoi simultané d’une réponse argumentée, d’un document opposé illustrant votre point de vue. Ainsi vous neutralisez le premier document en démontrant que la bêtise humaine n’est pas totalement impossible à combattre.
Sachons utiliser le net intelligemment.
Hier, j’ai vu mes premiers serin cini de l’année et ces petites boules de plumes jaunes m’ont convaincu que le printemps n’est pas loin.
Amicalement
JF Noblet

José Bové n'est pas un écologiste

José Bové n’est pas un écologiste

On ne peut pas dire n’importe quoi sous prétexte qu’on est député européen.
José Bové vient de dévoiler sa véritable personnalité dans une interview du journal suisse
« Nouvelliste » le 3 janvier 2014.
Il déclare, au sujet du loup : « cette espèce n’a rien à faire en Suisse et dans les Alpes. Je ne crois pas qu’au nom de la biodiversité on doit accepter le loup. Veut-on encore des bergers dans nos montagnes ? Les organisations environnementales confondent l’Europe avec le grand nord canadien ou fantasment sur une certaine représentation du monde sauvage tel que cela a été fait dans le cinéma américain » Quant à la convention de Berne qui protège le loup, José Bové s’en moque.
Un tel discours démontre sa totale méconnaissance de l’écologie scientifique, de la zoologie de la faune sauvage de l’Europe et de la situation de l’élevage pastoral.
En effet, les sous espèces de loup qui vivaient dans les Alpes suisses ou françaises avant leur éradication par l’homme n’ont rien à voir avec celles qui vivent actuellement au Canada et aux USA.
D’autre part tous les scientifiques compétents s’accordent pour reconnaître le rôle fondamental des prédateurs dans les écosystèmes. Or, les écosystèmes européens qui retrouvent loups, lynx, ours grâce à l’exode rural des zones montagneuses et à la protection règlementaire de ces espèces retrouvent un équilibre qu’ils avaient perdus en leur absence.
Les forestiers qui se plaignent des dégâts de cervidés ou les agriculteurs de ceux des sangliers devraient s’en rendre compte à une époque où le nombre de chasseurs est en constante diminution.
José Bové démontre sa méconnaissance des réalités de l’élevage pastoral car les dégâts de loups restent, malgré l’expansion territoriale de l’espèce, négligeables par rapport à la mortalité constatée dans les élevages causées par les maladies, les chiens errants, les accidents, la foudre (Un millier de moutons par jour en France)
De plus le retour du loup a permis une reconnaissance du pastoralisme dans l’opinion et la revalorisation du métier de berger. Rappelons à José Bové qu’avant le retour du loup, nombre de troupeaux étaient simplement lâchés dans la nature et surveillés épisodiquement. On a pu ainsi constater objectivement que le prédateur a généré de multiples subventions pour aider les bergers et leur donner les moyens d’exercer une profession difficile dans de meilleures conditions.
Enfin il est choquant qu’un député européen étiqueté Europe Ecologie Les Verts (EEVL) dénigre ainsi les organisations environnementales et rejoigne les discours les plus conservateurs et rétrogrades de la FDSEA.

Aussi nous nous insurgeons contre de tels propos qui laisseraient penser que la cohabitation avec la faune sauvage est impossible en Europe et qu’elle doive n’être tolérée uniquement dans des contrées lointaines à faible densité humaine. Cette vision est insupportable aux associations de protection de la nature et aux vrais écologistes. En effet pour nous, l’acceptation sociale du retour du loup et de la faune sauvage (Loutre, vautours, bouquetin etc.) est une condition primordiale de l’instauration d’une société écologique, durable, enfin en paix avec la nature qui nous entoure et qui a le droit d’exister à nos côtés.

Nous demandons donc que José Bové soit exclu d’Europe Ecologie Les Verts. Dans le cas contraire nous quitterons ce parti politique. En tous cas nous ferons tout pour empêcher José Bové d’être réélu au parlement européen.

Jean françois NOBLET
Association Nature et Humanisme

PS : On lira avec intérêt le document publié par les grandes associations de protection de la nature française :
Le loup; Pour en finir avec les contrevérités sur le pastoralisme et la chasse. Ci-joint.

La FDSEA contre nature?

La FDSEA contre la nature ?

Le 30 juillet 2013 la FDSEA de l’Isère a publié un compte rendu d’une rencontre qu’elle avait eu avec le préfet de l’Isère sur les « attaques » de vautours.

Voir tout les articles du blog

Site réalisé par Nicolas Bally - Quartz Agence

Mentions légales